Frédéric Pichon, art – chitecture …

5 décembre 2016

Frederic Pichon est peintre et architecte. C’est un artiste qui nous vient du Havre, en Normandie. Il a reçu son diplôme de l’école d’architecture de Paris Belleville. Maintenant, il habite à Denver et ses peintures s’exposent à la Spark Gallery..

Votre peinture « supernova » est fantastique. Quelle est son histoire?

Dans trois milliards d’année, le soleil va exploser et va se transformer en supernova. Euh, il va complètement englober une grande partie du système solaire euh, et la terre sera brûlée. Donc c’est dans 3 milliards d‘années, donc ça nous laisse un petit peu de temps euh, en anglais c’est « three billion » euh, mais donc, en fait, j’imaginais que dans trois milliard d’années, il y aurait encore des humains, et que il y aurait encore de l’architecture et en particulier l’architecture que j’aime aujourd’hui au 21ème siècle. Euh et que donc, comme la terre sera brûlée, les humains seront obligés de s’enterrer en profondeur parce qu’il fera beaucoup trop chaud et qu’il n’y aura plus d’eau, et voilà c’est l’idée de la peinture. Donc en fait c’est une coupe sur l’écorce terrestre. Le ciel est ici, ça c’est le terre et les humains vivent dans des tunnels qui sont creusés dans la terre. Dans les tunnels il y a de l’eau et il y a des bâtiments d’architecture que j’aime aujourd’hui et que les humains on démontés et recréés dans les galeries souterraines pour se protéger du soleil qui a explosé. Voilà une idée de que les artistes on pour le futur dans trois milliards d’années.

Que voulez-vous communiquer ou partager avec vos peintures ?

Quand je travail, je fais beaucoup de choses sur l’ordinateur et j’ai besoin de travailler avec mes mains, j’aime le contact tactile entre autre chose, et la peintures ça permet faire ça. Et aussi la peinture ça fait quelque chose de physique, quelque chose de matériel. Euh, quand on peut bouger, quand on peut regarder, il y a quelque part que peut-être que je suis un peu traditionnel pour ça. Mais pour moi, ça a plus de valeur que quand c’est juste une image sur un écran, parce que pour moi la peinture c’est quelque chose d’important, j’ai toujours aimé ça.  J’ai toujours été dans des musées. J’ai toujours beaucoup aimer ça, même aller dans des musées et regarder, j’ai passé des heures quand j’étais étudiant à regarder les peintures pour moi c’est important.

2.  L’architecture, est-ce qu’elle vous donne le même exutoire créatif que l’art ?

Non, ce n’est pas du tout la même chose. D’abord, l’architecture c’est beaucoup plus long, comme processus, c’est le processus sur un bâtiment, ça peut prendre des années, parfois entre le moment où on commence à le concevoir et le moments où il est finalement, réalisé, construit, parfois, ce coule de cinq, dix ans. C’est pas du tout la même chose, c’est un processus évolutif, dans lequel le projet change beaucoup, entre les premières esquisses qu’on fait et est-ce qui réalisé finalement. Et il y a généralement un grand différance. On passe par plusieurs phases on passe par plusieurs étapes, très souvent on refait le projet, parce qu’il y a tout une règlementation qui impose de faire des changement qu’on avait pas prévus au départ, donc dans le projet d’architecture c’est quelque chose, c’est un processus beaucoup plus long. La peinture, c’est presqu’immédiat, on sait ce qu’on veut faire et on le réalise.

3. Où trouvez-vous l’inspiration pour l’art et l’architecture ?

J’ai beaucoup été dans des musées, j’ai beaucoup vu de peintures. ça m’a beaucoup inspiré,  il y a plein d’artistes que j’aime, et je me dis tient, ça c’est vraiment bien, j’aimerais bien faire la même chose. Euh, Je lis, ça me donne des idées, euh les textes parfois me donnent des idées, euh, et puis je suis quand même quelqu’un de très graphique quand je vois des images, ça enclenche un processus de réflection, une image en créé une autre et euh je fais des recherches, j’en trouve une autre, j’en trouve en autre, et finalement ça me donne une idée pour faire une peinture. Pour faire des bâtiments, c’est un peu la même chose, sauf qu’on est beaucoup plus contraints, on est contraints par le budget, par la demande des clients, par la réglementation donc on essaie de faire ce qu’on a dans la tête.

Rubrique/mosaïque: Art dans la ville, Interviews... l'avis partagé, Video
RSS 2.0 | Laisser un commentaire | trackback

Aucun commentaire

Répondre

css.php