Cybersécurité : Les hackers peuvent-ils être au-dessus des lois?

Étiquettes :
9 mars 2016

Un billet de Jakob Hahn

Cybersécurité: Les hackers peuvent-ils être au-dessus des lois?

France, janvier 2016, un amendement protégeant les hackers qui signalent des failles informatiques a été rejeté par la commission des lois.

 Cyber-terrorisme : Les 7 femmes arrêtées récemment sont des lycéennes et des étudiantes, Nov2015, Business News


Cyber-terrorisme : Les 7 femmes arrêtées récemment sont des lycéennes et des étudiantes, Nov2015, Business News

Depuis l’incident d’Edward Snowden (un ancien informaticien de la C.I.A. et du N.S.A. qui a révélé des informations concernant plusieurs programmes de surveillance de masse), le sentiment selon lequel tous les citoyens ont le droit à l’information a gagné en popularité.

Avec cette notion s’est généralisée l’idée que l’Internet n’est pas sans danger. Le 14 janvier 2016, la commission des lois a rejeté un amendement défendu par le député Patrice Martin-Lalande visant à protéger les «lanceurs d’alertes». Le conseil de l’Europe définit le lanceur d’alerte comme: « toute personne qui fait des signalements ou révèle des informations concernant des menaces » pour l’internet. En effet, il s’agissait de défendre ceux qui trouvent des failles informatiques sur le net afin que les propriétaires des sites Web fragilisés puissent les corriger (Le Monde, centre gauche, 14.01.16). La raison de ce refus est que l’article proposé offre une faille avec laquelle les cybercriminels peuvent se défendre en cas de procès.

 

Heureusement, l’Assemblée Nationale a finalement voté le 21 janvier 2016 une disposition en faveur des lanceurs d’alertes, néanmoins « il n’est aucunement question d’introduire une exemption pénale qui permettrait à des personnes délibérément hostiles de se voir exonérées de toute responsabilité » (Le Monde, 25.01.16).

Qu’en est-il ? Il s’agit de considérer que certains experts peuvent identifier les failles du Web pour maintenir un internet plus sûr et ainsi d’éviter que des criminels volent de grandes sommes d’argent, des informations cruciales ou même ne déclenchent des incidents plus graves. Ces contre-hackeurs fournissent un nouveau service et renforcent la sécurité des entreprises. Quelques grandes multinationales, comme United Airlines ou Microsoft utilisent déjà les «lanceurs d’alertes» et les «chapeaux blancs» (les professionnels de la sécurité informatique) qui leur font économiser sur des frais élevés de système de protection et de défense contre les attaques hostiles d’hackeurs (Le Monde, 25.01.16). Grâce à ce partenariat, les entreprises bénéficient de l’aide d’un allié de poids contre les hackers car, qui peut penser comme un hacker sinon qu’un hacker?

 

Depuis le 21 janvier, il y a donc un service en France qui met en relation les hackeurs et les entreprises pour mettre en place des campagnes de recherche de vulnérabilités des entreprises (Next Inpact, informatique, 21.01.16). Cette plate-forme, B0unty Factory a été fondée pour relier les entreprises et les bons hackers et renforcer leur présence sur l’Internet. Une entreprise qui décide de s’affilier avec cette plate-forme transmet des informations à l’attention des hackeurs bien intentionnés pour détecter et corriger les failles éventuelles (Le Monde, 25.01.16).

Ce service est essentiel parce que beaucoup de transactions se produisent en ligne où les informations personnelles d’un client peuvent être volées. Les dangers que courent tous les mécanismes de la vente en ligne sont trop graves pour être ignorés et peuvent ruiner une entreprise, ses produits, sa réputation ou les données de ses clients. Il est donc indispensable que les sociétés cibles mettent en place toutes les mesures possibles pour assurer la sécurité et la tranquillité d’esprit de leurs clients.

C’est pourquoi un amendement qui protégerait les «lanceurs d’alertes» doit être ajouté, sinon, la France risque de subir les conséquences d’un Internet dangereux où même les vigiles du système sont traités comme des hors la loi. Il est louable que la France ait finalement choisi d’adopter une législation innovante. Les bienfaits semblent largement dépasser les éventuels inconvénients. Par ailleurs, cette disposition donne aux hackers la possibilité de faire de nouveaux choix dans leur vie. Ils pourront dorénavant se recycler et opter pour une vie de justice au lieu d’une vie de l’infamie.

Malheureusement, puisque les entreprises ne savent pas autant sur l’Internet que les hackers, on ne peut pas être certain que les« lanceurs d’alertes » soient toujours honnêtes. Cette décision pose vraiment une arme à double tranchant. Mais si tous les intervenants se font confiance et renforcent les dispositifs de protection des données, peut-être que l’Internet peut devenir plus sûr et participer à la communautarisation d’un espace parallèle au monde réel qu’il domine de plus en plus.

 

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/01/25/cybersecurite-la-france-tend-la-main-aux-hackeurs-bien-intentionnes_4853386_4408996.html?xtmc=les_hackeurs&xtcr=1

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/01/14/un-amendement-prote…

http://www.nextimpact.com/news/98176-b0unty-factory-plateforme-euro…

Rubrique/mosaïque: Art dans la ville, Artifices, Capitales du Monde, Les Sociétés, Mosaïque, Urbanités
RSS 2.0 | Laisser un commentaire | trackback

Aucun commentaire

Répondre

css.php