« Le Scaphandre et le papillon »

Étiquettes :
8 octobre 2017

Le Scaphandre et le Papillon est un drame franco-américain de Julian Schnabel sorti en 2007 qui met en scène Mathieu Amalric, dans le rôle de Jean-Dominique, plongé dans un coma d’où il ressort plus tard affecté du syndrome d’enfermement. On appréciera la présence d’Emmanuelle Seigner dans le rôle de Céline et Marie-Josée Croze dans le rôle de Henriette, qui expriment les émotions face à l’épreuve de Jean-Dominique qui semble subir dans l’immobilité. Ce film de 112 minutes, produit par Pathé Renn Productions offre un ton émouvant qui ne manquera pas de séduire le public de Schnabel.

Le Scaphandre et le Papillon est adapté du livre français du même titre, écrit par Jean-Dominique Bauby en 1997. A l’origine, Johnny Depp était prévu pour le rôle de Jean-Dominique, mais son engagement sur ‘Pirates des Caraïbes’ l’a finalement forcé à renoncer au projet. Mathieu Amalric n’était pas en tête de liste au moment d’incarner Jean-Do. Ce film est le résultat d’une collaboration entre des acteurs français et un réalisateur américain, Schnabel qui déclarait que le film devait être en français, il a donc appris le français, considérant que la langue riche du livre fonctionnerait mieux dans son original.

Un homme se réveille dans un lit d’hôpital sans pouvoir bouger, parler, ni même respirer sans assistance. La caméra représente son point de vue pendant qu’il essaie de garder son oeil ouvert. Le spectateur s’inquiète pour cet inconnu et son avenirr.

Jean-Dominique Bauby, rédacteur en chef, a un accident vasculaire brutal, il est plongé dans un coma d’où il ressort plus tard affecté du syndrome d’enfermement, totalement privé de ses fonctions organiques, il tente de reconquérir son autonomie avec l’aide des meilleurs spécialistes. Son corps est inerte, mais son cerveau fonctionne. Au fil des semaines et des mois, il observe le monde de son seul œil encore valide, qui devient un lien avec le monde extérieur. Il communique en clignant de l’œil et ainsi dicte son livre. Ce film autobiographique est fondé sur l’histoire personnelle de Bauby et sur l’épreuve de l’écriture du Scaphandre et Le Papillon. Schnabel nous montre une réalisation étonnante de Bauby et de ses émotions silencieuses.

Jean-Dominique est enfermé dans son corps et Schnabel enferme avec lui les spectateurs. La majorité du film est vécu du point de vue de Bauby, ainsi la caméra agit comme son œil. Avec la voix off de Mathieu Amalric, les jeux de lumière et les effets de caméra (comme l’objectif embué par les larmes), Schnabel nous fait vivre la vie à l’intérieur du « scaphandre. »

paipllon

Ici on voit un plan subjectif, qui est le plan dominant du film. Ce plan permet au spectateur de voir à travers l’oeil de Jean-Do qui communique en en clignant, donc nous clignons aussi nos yeux. Cette image montre son infirmière affichant les lettres qu’il utilise pour communiquer. En terme d’espace, elle est très près de la caméra et elle nous regarde avec insistance. Seule couleur chaude, elle est entourée du bleu froid de l’hôpital et de la vie inerte de Baudy.

C’est un très bon drame à voir qui n’est pas accessible à tous. Si vous aimez des films sérieux et lents vous allez apprécier Le Scaphandre et le Papillon. Mais si vous allez au cinéma pour le divertissement, ce n’est pas le meilleur choix. Je ne le conseille pas aux plus jeunes enfants parce qu’il y a des scènes qui sont difficiles à voir. Pour ma part, je le trouve la lutte de Jean-Dominique émouvante, touchante et enrichissante.

http://www.lexpress.fr/culture/cinema/le-scaphandre-et-le-papillon_…

http://evene.lefigaro.fr/cinema/films/le-scaphandre-et-le-papillon-…

 

Rubrique/mosaïque: 7ème art, Critique de films, Expressions et humeurs, Festival, le cinéma qui s’expose, Le cinéma dans tous ses états, Les Sociétés, Mosaïque
RSS 2.0 | Laisser un commentaire | trackback

Aucun commentaire

Répondre

css.php