La tête haute, le désarroi et la rébellion

Étiquettes :
1 avril 2016

La tête haute est un drame français réalisé par Emmanuelle  Bercot, qui raconte l’histoire de Malony (Rod Paradot), un adolescent rebelle placé sous l’autorité  d’une juge d’enfants (Catherine Deneuve). Sa famille instable l’a placé dans un avenir  incertain et le récit le suit de 6 à 18 ans et décrit son voyage vers l’âge adulte préparé pour le vrai monde.  Les scènes sont tournées rapidement mais dans un calme tragique, laissant des sentiments intenses flotter dans l’air. D’ailleurs, la caméra reste immobile et ne se déplace que lorsque les personnages se disputent. Ce sont les deux extrêmes qui aident à raconter l’imprévisibilité de Malony, le personnage principal.

La carrière cinématographique de la réalisatrice Emmanuelle Bercot commence en 1997, tandis qu’elle pratique son son métier d’actrice. Elle recherche le réalisme et les sentiments authentiques des personnages. Grâce à un stage d’immersion au tribunal des enfants, elle offre une image de vérité. C’est d’ailleurs un univers  qui lui est familier puisque son oncle était un éducateur aux tribunaux.

Tout commence dans le bureau de la juge qui est balayé d’émotions denses, un jeune Malony anxieux  observe son frère cadet crier pendant que sa mère sur le bord de la crise de nerf se révolte contre le  système, mais tous écoutent la décision que va changer le chemin de leur vie.

Le style du film reflète l’instabilité de Malony qui s’oppose à l’immuabilité de la juge figée derrière son bureau. Cette situation accentue la distance entre le système qui veut aider et l’incontrôlable rébellion d’un jeune déraciné.

index

Dans cette image, on peut noter l’aspect des angles de la caméra. Elle met en lumière l’instabilité des émotions de Malony personnifiant une bombe prête à exploser qui regardant ailleurs refuse de reconnaître la caméra.

J’ai aimé La tête haute pour son évocation brusque qui conserve un style traditionnel et répond aux attentes des téléspectateurs sans les déstabiliser. Les force et passion des personnages dépeignent les secrets sombres du désarroi dans un récit prévisible et attendrissant.

http://www.festival-cannes.com/fr/article/61631.html

http://www.telerama.fr/cinema/films/la-tete-haute,498512,casting.php

 

Rubrique/mosaïque: 7ème art, Art dans la ville, Critique de films, Expressions et humeurs, Festival, le cinéma qui s’expose, Le cinéma dans tous ses états, Mosaïque
RSS 2.0 | Laisser un commentaire | trackback

Aucun commentaire

Répondre

css.php