Bien que ce soit surprenant pour la plupart des Américains, les Français n’ont pas l’habitude de faire des films sur le sport. Les Américains, extrêmement passionnés des sports, ont envie de les voir dans différents types de médias. Le cinéma français, par contre, est axé sur d’autres préoccupations et les films de sport français sont en général des documentaires ou des films sur le défaut du monde qui gravite autour du sport (corruption, supporters…).

Contrairement aux États-Unis, en France il y a peu de films dont le sujet est un athlète, à part dans les documentaires. Par exemple, un film récent, « Zidane », un portrait du XXIe siècle, parle du célèbre joueur de football Zinedine Zidane. Le film documente  un match de foot complet à travers les yeux de Zidane. Il n’y a pas d’histoire dans le sens des films d’athlètes américains, qui en général racontent leurs vie, souffrances  et (bien entendu) victoires.  Ce film a été nommé aux Césars.

En France, on trouve surtout des exemples du sport français dans des films comiques, récemment,  le film « Didier ». Il a remporté le César de la meilleure première œuvre. Ce film cocasse raconte l’histoire d’un agent de football, Jean-Pierre, qui accepte de garder Didier, le chien d’une amie. Une nuit, l’animal se transforme en être humain. Cependant, dans sa tête c’est encore un chien. Jean-Pierre est employé par un club de football qui a un match très important à venir et plusieurs des joueurs sont blessés. Il faut trouver un remplaçant pour le match. Didier, l’homme/chien, remplace un joueur blessé. Bien que ce film soit raconté à travers le sport, la vraie histoire est de réunir Jean-Pierre avec son amie. Le sport sert de décor, ce n’est pas le message principal ni la clé de l’histoire de l’amour.

Le film illustre bien la façon dont le sport est utilisé comme fil conducteur dans le cinéma français pour faire passer un grand message. Les films américains se concentrent sur le sport comme sujet principal tandis que les films français utilisent le sport pour véhiculer un autre thème. Lorsqu’un réalisateur français veut raconter l’histoire d’un athlète, il produit un documentaire. Le réalisateur américain, quant à lui, idéalise la vie des athlètes et choisi plutôt d’idéaliser une histoire romancée et faire pleurer les spectateurs. Les Français, par contre, s’orientent plutôt vers l’histoire racontée que vers le sport lui-même.

 

Image – http://www.freedigitalphotos.net/images/Television_Video_and_g178-Video_Camera_Back_Football_Goal_p41943.html