Debout dans le ciel bleu,debout

je voyais sur son miroir

liquide, que ses Lys buvant le Soleil,

chatoyant. elles m’ouvrent leurs bras feuillus et étincellent

leurs dents blanches. Ses fleurs, comme les étoiles du nuit, me chuchotent

des secrets inconnus.

tout à coup je me suis aperçu :

Je Tomberai

 

debout au matin doux,

je buvais le Sang et les Larmes

avec lesquels sa tasse se déborde. les viandes

rouges, enfumées des Gaz du Moutard et de

l’intrigue. en goûtant mes espoirs, je regardais ses gens au-dessous comme un plat

d’hors d’œuvres, chaque morceau épicé

avec un certain saveur criant

« Je vis ! Je vis ! »

Nous vivons Tous.

tout à coup je me suis aperçu :

Je Vais Tomber

 

debout au-dessus le monde secouant,

je ressentais comme une tremblement de terre, son grand serpent

métallique dévale sous mes pieds en avalant

les ivres, les poètes, les affairés, et

les amants qu’ il recrache

toujours  avançant en s’écrasant et cherchant

les Cieux plus Bleus.

tout à coup je me suis aperçu :

Je Tombe

 

En tombant de la Tour,

j’ai entendu le vent m’applaudir. entendez-Vous

les gens qui chantent ? les messes, les arias, les décrets, les malédictions, les chansons

de la Vie et de la Mort

des lys et des métros – tout en

harmonie, le même esprit, la même

Langue d’Amour.

tout à coup je me suis aperçu :

Je Suis

Tombé

Amoureux

D’ Elle.